Yeux secs et nanotechnologie : le traitement du futur !

Depuis quelques années, la nanotechnologie semble faire des miracles et promet des avancées majeures dans tous les domaines : informatique, industrie, matériaux mais aussi dans l’univers médical. Alors qu’on apprenait il y a quelques jours à peine, que Google travaille sur une technique de détection du cancer, grâce aux nanoparticules, c’est du côté de nos cousins canadiens que la nanotechnologie a été appliquée au traitement des yeux secs.

Un collyre qui soulage vos yeux durant une semaine !

Une équipe de l’Université de Waterloo (Canada) a développé un tout nouveau collyre. Vous êtes déçu ? Attendez un peu ! Ce collyre a quelque chose de très spécial. En effet, il sera inutile de vous promener avec votre bouteille et de vous absenter toutes les heures pour instiller des gouttes dans vos yeux, puisque ce collyre ne s’appliquera qu’une fois… par semaine !

La ciclosporine au niveau nanométrique

Une véritable prouesse technologique se cache derrière cette nouvelle façon d’utiliser la ciclosporine. En effet, l’équipe canadienne a utilisé des nanoparticules pour libérer doucement le médicament. Les nanoparticules s’accrochent à la surface de l’oeil durant environ 5 jours et libèrent doucement le médicament.

Des tests effectués sur des souris et des lapins ont démontré que les signes d’inflammation et de sécheresse des yeux, disparaissaient ! Un petit miracle rendu possible par des particules 1.000 fois plus fines qu’un cheveu !

Un médicament disponible dans quelques années

Ce nouveau « nanocollyre » devrait être disponible dans les 5 prochaines années chez votre pharmacien, à en croire l’équipe, qui travaille désormais sur d’autres tests cliniques nécessaires à la validation du produit.

Des effets secondaires réduits

Le point positif, mis à part la durée durant laquelle le patient est soulagé, c’est que ce nouveau collyre utilisera à peine 5% de la ciclosporine habituellement nécessaire pour obtenir un soulagement ! Le risque de toxicité provoquée par l’absorption du médicament est donc plus que largement diminué…

En effet, la ciclosporine est connue pour ses effets secondaires et notamment son impact sur le foie. Il est donc appréciable que la dose nécessaire soit diminuée de 95% ! Mais la toxicité pourrait venir d’ailleurs…

De nouvelles questions se poseront, à savoir : quels seront les conséquences de nanoparticules sur la santé humaine ? Ces particules ultrafines sont-elles cancérigènes ? Le temps nous le dira…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *