Yeux fatigués : La gymnastique oculaire qui soigne

De nombreux lecteurs de ce blog sont également des gens très occupés, qui passent de longues heures à lire ou à travailler devant un écran. Cela peut entraîner une sécheresse oculaire légère, puisqu’à trop fixer, on finit par cligner des yeux moins souvent et les larmes s’évaporent plus vite. Mais il existe également une fatigue visuelle plus « mécanique », qui n’a rien à voir avec la sécheresse. C’est une véritable fatigue des yeux, que l’on peut éviter grâce à un exercice très simple.

Fatigue visuelle et yeux secs

Ces deux troubles peuvent facilement cohabiter et vous rendre la vie bien plus pénible. D’un côté les picotements, les brûlures et les yeux rouges, de l’autre des douleurs, un voile, une vision floue, voire même des migraines ophtalmiques !

Heureusement, la fatigue visuelle due à trop de lecture ou d’efforts sur les yeux, peut être plus ou moins facilement évitée, grâce à quelques mesures simples à mettre en oeuvre, que je vais partager avec vous.

La vue, comment ça marche ?…

Dans votre œil  il y a un cristallin, qui fonctionne de la même façon que la lentille d’un appareil photo ou d’une lunette astronomique. En fonction de l’objet que vous souhaitez regarder, le cristallin se déforme pour que vous ayez une vision nette de cet objet.

Malheureusement, avec l’âge, cette déformation devient plus difficile, voire cesse de se faire. On commence alors à voir « flou » de loin, ou de près. Rester devant un écran ou un livre durant des heures, oblige le cristallin à conserver une position fixe.

A la longue, il devient paresseux et a du mal à se déformer pour s’adapter à une autre distance. Si cette explication est très simplifiée, le fond est bien réel. Il faut donc entraîner son cristallin, pour conserver son pouvoir d’accommodation ! Et c’est très simple !

Un peu de bon sens…

Ne restez pas face à votre écran trop longtemps, levez vous, marchez, ou levez simplement les yeux pour regarder un objet ou un élément situé plus loin, puis revenez sur votre écran. Votre cristallin sera forcé de se déformer pour adapter votre vue et cela lui empêchera de trop se fatiguer. Essayez de faire une pause de 5 minutes toutes les heures ! Vos yeux vous diront merci !

La fixation de l’index

Un autre exercice très efficace et ultra simple à mettre en oeuvre, vous évitera bien des soucis et vous permettra de conserver une bonne vue jusqu’à vos vieux jours. Tendez votre bras devant vous, serrez le poing et levez votre index, de façon à pouvoir fixer votre ongle. Fixez le dans les moindres détails durant 3 à 5 secondes, puis fixez un point au loin, situé de préférence juste « derrière » votre doigt : une trace sur le mur, un détail du paysage etc.

Fixez ce nouveau point durant 3 à 5 secondes puis revenez sur votre ongle. Faites ceci une vingtaine de fois. Changez la vitesse d’accommodation  passez de 5 à 3, puis 2 secondes. Allez de plus en plus vite, puis plus lentement.

Votre cristallin va se déformer pour s’adapter à ces différentes distances et cela agira comme un exercice de « musculation » de l’œil  La fatigue visuelle sera évitée et vous verrez la différence en quelques jours ! Faites cela dès que vous en ressentez l’envie…

Vous pouvez adapter cet exercice si vous avez compris l’explication qui se cache derrière. Il suffit de forcer votre cristallin à se déformer, pour l’empêcher de devenir « fainéant » en restant toujours dans la même position. Loin, près, loin, près !

11 réponses sur “Yeux fatigués : La gymnastique oculaire qui soigne”

  1. Aussi pour les gens vraiment gênés demandez à faire de la rééducation, pour moi ça n’a pas vraiment marché mais ça n’est pas très douloureux, ce sont des exercices ludiques pour par exemple réduire un strabisme ou exercer un oeil devenu un peu trop « paresseux ».

  2. Je dirais aussi qu’il faut connaître quelques bons tuyaux pour passer outre (et que pour le coup les ophtalmos, souvent démunis, n’ont pas grand chose à dire de ce côté là) même si on les tanne comme des chihuahuas). C’est tout bête mais au début j’oubliais parfois mes collyres en sortie, je ne portais pas de lunettes assez couvrantes et je morflais toute la nuit.

    Bon, après, mon cas, bien que très prononcé, n’est pas le plus invivable qui soit non plus, je pense qu’accepter la maladie doit être un véritable parcours du ou de la combattante pour bien des gens.

  3. Merci Tony pour ces bons conseils. Effectivement a la longue le cristallin devient paresseux et se perd au changement de distances quand on est trop souvent amené a travailler sur écran. J ai commence vos exercices et surtout a essayer de moins me fixer sur ma vision. Merci encore

        1. Bien sûr ! Une grosse partie du problème vient de son rejet. Lorsqu’on accepte, on fait de cette sécheresse et des autres soucis, une partie de soi et de sa vie. On apprend à vivre avec au lieu de lutter contre. On voit les choses différemment et tout devient « plus facile ».

          1. C’est évident. Plus on appuie sur le symptome plus il est genant! Logique après pas tjs simple de s’en detacher surtout qu’on sollicite ses yeux constamment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *