Soigner les yeux secs grâce à un implant (suite)

Dans un article précédent, je vantais les mérites d’un nouveau dispositif électronique, une sorte d’implant créé par les scientifiques, pour soigner la sécheresse oculaire. Certes, la science n’est encore qu’au début de ces nouvelles techniques permettant de stimuler la sécrétion de larmes grâce aux nouvelles technologies, mais les résultats semblent réellement prometteurs. A-t-on enfin trouvé un moyen simple et efficace de soulager les malades des yeux secs, sans passer par l’usage de médicaments ?

57% de larmes en plus !

Une fois n’est pas coutume, c’est d’un journal indien, NDTV.com (New Delhi Television) que je tire cette nouvelle information sur l’implant utilisé pour soigner les yeux secs.

implant yeux secs

Comme je l’avais déjà expliqué dans mon précédent article, le journal reprend la description de l’implant, à savoir un petit dispositif de 16 mm de long, 3- 4 mm de large et 1 – 2 mm d’épaisseur. Celui-ci a été implanté juste sous la glande lacrymale inférieure de lapins, servant aux tests médicaux.

L’appareil pouvait être activé à distance et les résultats ont été très positifs, puisque la sécrétion de larmes a augmenté d’environ 57% !

Stimuler la voie neuronale pour une meilleure efficacité

Daniel Palanker, Professeur à l’Université de Stanford (USA), a d’ailleurs partagé sa surprise de constater que le dispositif pouvait également servir à stimuler la voie neuronale afférente et provoquait une réponse plus durable et efficace.

En un mot : Non seulement la glande lacrymale était stimulée, mais également une partie du système nerveux. Le résultat était alors bien meilleur qu’espéré.

Les larmes « provoquées » sont-elles de bonne qualité ?

Provoquer la sécrétion de larmes, c’est bien, mais ces dernières sont-elles de bonne qualité ? Peuvent-elles remplacer efficacement les larmes naturellement sécrétées par l’organisme, sachant que toutes n’ont pas la même composition chimique et donc, pas les mêmes « vertus ».

C’est la prochaine étape que les chercheurs devront franchir, en analysant les larmes sécrétées grâce à l’implant, afin d’en vérifier la composition (volume, quantité de lipides, de protéines etc.).

Le Professeur souhaiterait voir le dispositif sur le marché dès l’année prochaine et dans l’attente, l’équipe continue à l’améliorer et à rendre la réponse du corps encore plus efficace à la stimulation.

L’étude complète a été publiée dans le Journal of Neural Engineering.

2 réponses sur “Soigner les yeux secs grâce à un implant (suite)”

  1. bonjour ,
    je viens de découvrir que les patients qui ont les yeux secs pourraient bénéficier de la pose d’un implant comment cela fonctionne-t-il ? combien ça coûterait ? et enfin quand ???
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *