La blépharite : Cils qui tombent, paupières gonflées… Galère !

La sécheresse oculaire ne découle pas forcément d’un manque de larmes. Certaines pathologies dermatologiques peuvent être à la source du syndrome des yeux secs. Parfait exemple, la blépharite ! Cette inflammation de la paupière est une affection plutôt courante, qui est pourtant sous-estimée par les malades. Comment savoir que vous souffrez de la blépharite ? Quelles conséquences sur votre santé ? Et surtout, comment la traiter ? Nous allons voir cela ensemble…

Blépharite : Quand les paupières s’enflamment…

Les yeux sont fragiles, personne ne me contredira ! Mais les paupières sont elles-aussi sujettes à divers troubles, voire des maladies ennuyeuses et handicapantes. Parmi elles, la blépharite est probablement la plus courante. Un coup d’œil sur n’importe quelle encyclopédie médicale vous apprendra que la blépharite est une inflammation du bord la paupière. On reconnait sa présence à la chute de cils, parfois importante, mais aussi à des débris ou croutes présents à la base des cils. La peau de la paupière a tendance à desquamer et la blépharite est souvent associée à des orgelets ! Le regard rougit et les paupières ont parfois un air un peu… gonflé !

Pourquoi je souffre de ça ?

Infection bactérienne ou réaction allergique, la blépharite peut être causée par un staphylocoque ou un allergène. Certaines autres causes peuvent également exister, comme la rosacée ou diverses pathologies, qui peuvent engendrer une blépharite. Le traitement peut donc être un bête antibiotique, ou un traitement antiallergique. Malheureusement, les causes sont souvent mal cernées et la maladie a du mal à disparaitre. Elle est d’ailleurs fort souvent considérée comme chronique… Et récidivante ! J’ai toujours remarqué que cela fonctionne par crises, entre lesquelles la maladie semble disparaitre.

Comment soigner la blépharite ?

Comme je l’ai dit plus haut, tout dépend de la cause ! Une crème antibiotique, voire des antibiotiques par voie orale, pourront aider les victimes d’une infection bactérienne, tandis que les allergiques chercheront la cause de leur allergie afin d’éloigner l’objet du délit ou de se contenter d’un antiallergique.

Au delà d’un traitement médical, l’hygiène de la paupière doit devenir encore plus importante. Comme vous vous lavez les dents, vous allez devoir vous laver consciencieusement les paupières, soit à l’aide d’un gel spécialisé, trouvable en pharmacie, soit à l’aide de shampoing pour bébé, très dilué. Cela permettra de dissoudre les débris et croutes présentes à la racine des cils et donc d’éviter la prolifération de bactéries, sans agresser l’oeil. Le soulagement est quasi immédiat et se voit rapidement.

J’expliquerai plus en détails la technique la plus efficace dans un prochain article.

5 réflexions sur “ La blépharite : Cils qui tombent, paupières gonflées… Galère ! ”

  1. Bonjour à vous,

    Quel soulagement de vous lire. Je ne connais personne souffrant de blépharite ni quiconque en ayant déjà entendu parler. Alors voici le topo, en espérant que même après tout ce temps, vous reviendrez lire ce commentaire. Belle et heureuse grossesse commence en octobre 2012. Début chalazions en mars 2013. Ils réussissent à passer grâce aux compresses. Tout ce complique le jour de l’accouchement. Crise atroce de chalazions à répétition. Diagnostique de blépharite en octobre. Cils tombent énormément depuis. Il ne me reste presque plus rien. J’ai tout fait: Trobadex, pommades, gouttes Restasis, 6 mois de monocycline, lipiflow, opérations des chalazions, homéopathie, acuponcture, ostéopathie, médecine naturelle. Je fais les compresses 10 min 3 fois par jour suivis de massage et de nettoyage. Mes yeux sont moins enflés depuis 1 mois grâce à une huile minérale avec laquelle je nettoie mes yeux matin et soir mais je perds toujours bcp de cils. Je crois que d’ici l’été j’en aurai plus aucun. La cause est hormonale, tous les ophtalmos rencontrés me l’ont dit. Les glandes de meibomus fonctionnent grâce à un équilibre bien précis. Ma grossesse a tout fait dérailler! En tout, ça fait un an que je galère. J’étais si coquette auparavant. Vous en êtes vous sortis? Hâte d’avoir de vos nouvelles!!

    1. Bonjour Isabelle,

      Tout d’abord, merci de votre commentaire et merci d’avoir lu mon livre.

      Votre blépharite est en effet très particulière, car d’origine apparemment hormonale, selon vos médecins. La plupart sont d’origine bactérienne. Votre maladie est donc plus complexe à traiter dans le sens où il s’agit d’un désordre interne qui se répercute sur vos glandes et sur vos cils. De la même façon, de nombreuses femmes perdent des cheveux après une grossesse, parfois par plaques, à cause des hormones.

      Je vois que vous avez essayé de nombreuses méthodes et c’est une bonne chose ! Continuez jusqu’à trouver la bonne ! Mais surtout, gardez espoir et ne faites pas de fixation sur vos cils. Nous avons tous nos défauts. Je sais que c’est facile à dire et moi-même je faisais une fixation sur mes yeux lorsque j’étais au plus fort de ma meibomite et de ma blépharite. Le mieux, c’est d’expliquer à vos proches, à vos collègues, ce dont vous souffrez. Ca vous libérera et vous vous sentirez plus en confiance. Vous n’aurez plus l’impression qu’on vous regarde comme une bête curieuse.

      Ma méthode est plus adaptée aux yeux secs et aux blépharites bactériennes. Pour une cause hormonale, il y a des changements internes avec lesquels il est difficile de jongler. Je vous conseille de faire du sport et de manger le plus sainement possible, beaucoup de légumes verts, de fruits secs, de baies, afin de créer dans votre corps un « terrain sain » et d’éviter les carences, qui aggraveront votre problème. Un changement de mode de vie influera peut-être sur vos hormones. Essayez également de vous rapprocher d’un endocrinologue, spécialiste des hormones, afin qu’il vous guide. Il saura probablement mieux vous aider que de simples ophtalmo, qui finalement, n’y connaissent rien…

      La situation est-elle réversible ? Oui, probablement. Votre grossesse a créé un changement, mais le corps change tout le temps. Vos hormones également. Essayez de trouver ce qui bousculera vos sécrétions hormonales (nourriture, sport, relaxation etc.) et parlez en à un médecin spécialisé (endocrinologue). Ce sont les meilleurs conseils que je puisse vous donner.

      Evitez également d’en faire « trop » ! Trop toucher à vos paupières peut facilement avoir l’effet inverse et les agresser, voire provoquer la chute de plus de cils encore ! 3 compresses chaudes par jour, cela me semble beaucoup… Essayez de descendre à 2, puis 1 fois par jour. Essayez également d’être très douce dans votre nettoyage de paupière… Et voyez comment votre corps réagit ! Ma plus belle amélioration est apparue quand j’ai lâché prise et laissé mon corps se soigner tout seul.

      L’huile de ricin sur les cils aurait pour effet de les faire pousser vite et fort, selon la légende populaire… Essayez :)

      Bon courage Isabelle

      1. Merci pour votre réponse! Ça m’a réellement fait chaud au cœur de vous lire! Je tenterai en effet de joindre ce type de spécialiste dès demain! Dernière question: perdiez vous aussi vos cils et si oui, ceux ci ont ils fini par repousser? C’est si étrange comme phénomène. D’autant plus qu’aucun ophtalmo est apte à me dire comment et pourquoi la perte de cils se produit. Bactéries? Inflammation!? La blepharite est bien méconnue à Montréal. Si c’est une maladie dont on ne guérit jamais totalement, est ce que ma perte de cils sera contante, voire permanente? Vous n’aurez sans doute pas la réponse mais je cherche à en apprendre sur votre situation et celles dont vous avez été témoin! MERCI bcp!

        1. Bonjour Isabelle,

          Je suis content que ma réponse vous ait fait chaud au cœur. J’espère qu’elle vous rassure également. J’étais moi-même au fond du trou durant ma maladie, j’avais perdu tout espoir et pourtant ! Oui, mes cils ont repoussé et je peux vous dire que je n’en avais quasi plus sur la paupière inférieure, et que c’était très clairsemé sur le haut… ! Les ophtalmo ne vous diront rien pour une raison simple : ils n’en ont strictement aucune idée ! Ca n’est pas leur domaine. La paupière dépend plutôt du dermatologue, puisque là, on entre dans une affection de la peau, qui sort totalement du champ de compétence des ophtalmo. Vous pouvez aussi regarder de ce côté là. J’imagine que ce serait d’ailleurs le premier spécialiste à consulter, avant un éventuel endocrinologue :)

          On considère en effet que la blépharite est souvent d’origine bactérienne, voire même qu’elle est causée par de petits acariens (demodex), qui créent. Une autre piste à creuser!

          J’écrirai très bientôt, ce soir ou dans les jours qui viennent, un nouvel article sur une façon naturelle de se débarrasser de l’inflammation de la paupière. Ca a marché pour certains, mais ils n’avaient pas de soucis hormonaux. Je note quand même que ce « diagnostic » hormonal est tombé sans aucune preuve. Il est possible que vous souffriez d’une banale blépharite sans aucune cause hormonale. Vous trouverez le « truc » qui fonctionne pour vous, j’en suis convaincu. Les médecins ont vite fait de sauter sur les hormones ou le stress pour expliquer tout ce qui leur échappe.

          Oui la blépharite est chronique, mais elle peut être bien gérée et on peut vivre avec sans qu’elle ne cause trop de dommages, une fois que l’on a trouvé ce qui fonctionne sur soi. Je suis sûr que vous irez mieux très vite. De toute façon, cette maladie se manifeste par crises et poussées, puis disparait ou s’endort parfois très longtemps. Il faut simplement prendre soin de ses paupières, mais également les laisser « respirer » et ne pas trop en faire, au risque de faire pire que mieux.

  2. bonjour ,j’ai le meme probleme de cils avec des croutes et qui tombent mon probléme de poupiére commencent juste aprés mon accouchement ça fait 2 ans que je suis chez l’ophta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>