Comment j’ai découvert ma sécheresse oculaire

J’en ai brièvement parlé dans d’autres articles, mais je n’ai jusqu’ici pas décrit les réelles conditions dans lesquelles j’ai pu découvrir ma maladie. Petit déjà, j’avais souvent les yeux rouges. Comme j’étais un grand amateur de lecture, tout le monde pensait que mes yeux étaient fatigués et on me taquinait avec ces fameuses lunettes que j’allais finir par porter. Pourtant, ma vue était excellente ! Mais il y avait cette gêne et cette photosensibilité, qui me faisait souvent cligner des yeux. Puis vint l’âge de se servir d’un ordinateur, et là, le coupable était tout trouvé !

Mes yeux secs ne venaient ni des livres, ni d’un PC

C’est en 2010, à l’âge de 24 ans, que mon véritable enfer commence. Je me retrouve à travailler dans une grande surface, au rayon frais. Vous imaginez l’environnement ! Ventilation, froid, néons… La totale ! Au bout de quelques jours à peine, en passant devant la porte vitrée de l’un des équipements du magasin, une vitre vraiment très réfléchissante, j’aperçois avec surprise une sorte de long filament le long de ma paupière ! Intrigué, je me rends dans la pièce réservée au personnel, et là, devant un vrai miroir, je me rends compte qu’une substance blanche s’est déposée aux coins intérieurs et extérieurs de mes yeux ! Curieux ! J’essuie tout ça, en me disant que j’ai dû réagir à un désinfectant ou à un produit. J’oublie cet évènement et je continue à travailler. Mais le lendemain, ça recommence ! Je commence alors à m’inquiéter et à devenir légèrement parano.

Quand les yeux secs rendent parano

Me voila tous les quarts d’heure à vérifier l’état de mes yeux. Rapidement, je m’aperçois qu’en plus des filaments blancs, des décharges jaunes apparaissent aux coins intérieurs de mes yeux. Une conjonctivite ? Mes yeux rougissent et deviennent douloureux. Mes paupières sont rouges écarlate. Et le phénomène s’amplifie ! On commence à me faire des sous-entendus sur le cannabis et la drogue ! D’autant que les symptômes se diversifient. On dirait vraiment que j’ai les yeux d’un drogué ! Des brûlures apparaissent autour de mes yeux. Je pense à une allergie à des produits désinfectants trop forts ! Mais non. Cela continue même après plusieurs semaines de vacances.

Conjonctivite et isolement social

Je n’ose plus sortir, voir mes amis ou parler aux collègues. J’ai le regard fuyant et me retrouver face à quelqu’un devient un vrai supplice ! C’est horrible ! Je n’imagine pas ma vie comme cela, d’autant que les mois passent et que rien ne s’arrange ! Les médecins ? Je vous expliquerai dans un autre article ce qu’ils m’ont dit et les traitements donnés. En un mot : « Ca n’est pas grave ! ».

Les cas extrêmes

Je sais que certains malades en sont venus à des dépressions profondes. Je suis persuadé que certains se sont même suicidés. J’en suis fermement convaincu. Les médecins sous-estiment la souffrance physique et morale de la sécheresse oculaire et de ses conséquences sociales. Quand ça n’est pas des picotements et brûlures permanentes, c’est la conjonctivite chronique qui guette ! Moi-même, si je n’avais pas trouvé, à force de recherches, un traitement naturel et efficace pour me soigner, je ne sais pas ce que j’aurais fini par faire !

N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter du site en donnant simplement votre prénom et votre adresse mail dans la colonne de droite du site. Vous recevrez par mail des nouvelles de ce blog et des astuces pour soigner cette horrible maladie !

11 réponses sur “Comment j’ai découvert ma sécheresse oculaire”

  1. Bonjour Tony,

    C’est bien vrai ce que tu dis, je suis moi aussi convaincue que des gens se sont tués à cause de cette cochonnerie, quand ta vie n’est que douleurs et gênes et que personne ne t’aide ben ça peut conduire à ce genre d’extrême c’est évident.

  2. Ah, zut, je lis que j’ai dû tomber sur des spécialistes moins pires que les vôtres !

    Moi petite je ne supportais déjà pas le chlore de la piscine, je me réveillais parfois avec les paupières gonflées, etc… Ça faisait rire, j’étais prise pour une « petite nature », une « chochotte », ça m’étonnait parfois aussi d’avoir si mal avec du shampooing dans les yeux par rapport aux autres mais globalement je pouvais vivre une vie normale.

    Plus tard je me suis mise à devoir fuir dans des lieux enfumés et j’ai commencé à en parler au médecin.

    Un jour d’il y a 8 ans je me suis endormie à côté de boîtes fermées contenant du javel. Là à commencé la photophobie et mes nombreux rendez-vous en province, puis à Paris (ainsi que les lunettes de soleil ce qui vaut aussi pas mal de moqueries). + de la rééducation !

    Je commençais à aller un peu mieux depuis et paf, j’ai fait l’immense erreur d’accepter d’aller faire du ménage chez une personne. 2h dans les vapeurs de produits dont certains corrosifs (javel + vinaigre blanc, à éviter absolument)… Et me voilà horriblement embêtée à nouveau d’où ma présence sur ce blog.

    Bon courage à vous tous/tes, moi je revois l’ophtalmo demain.

    1. J’ajoute que je n’ai pas les yeux si rouges que ça, ils sont juste devenus plus petits, je suis plus cernée mais pour qui ne m’a pas connue avant ça ne choque pas. L’impression d’avoir moins de cils également.

      Je souffre aussi de grosses migraines oculaires, ça passe de l’arrière de l’œil à la tête jusqu’au nez.

        1. Bonjour ! Mon ophtalmo, ne pouvant hélas me délivrer de la cyclo comme aux 15-20, avait mis plusieurs collyres sur mon ordonnance afin que je teste ceux qui me convenaient le mieux.

          Du coup là je mets souvent du Théalose (c’est sans conservateurs, je préfère) et de la vitamine A tous les soirs (je le faisais d’ailleurs depuis 8 ans, date de mon premier accident avec des produits ménagers). Le sérum phy de temps en temps mais il me brûle. Et le massage des paupières. Ce qui me soulage tout bêtement parfois c’est passer le corps de ma gourde en inox bien fraîche en dessous des yeux ou alors un gant. En attendant mieux (c’est long pour avoir des rendez-vous !).

          Pour la photophobie (je ne sais pas si vous en êtes aussi victime ?) pas évident avec mon niveau 2 en plein soleil quand je vois que même des gens en pleine santé peuvent porter du 3. Et je redoute le temps chaud à venir une fois de plus, pas marrant d’être embêtée comme ça quand vient l’été !

          Bon courage en tout cas, moi mon cas a empiré car il y a des travaux près de chez moi et je me suis retapée des émanations (peintures, solvants). :o( Vraiment pas de bol.

          1. Mais du coup, est-ce que tu as quand même essayé Ikervis qu’un ophtalmo lambda peut tout à fait prescrire ?
            C’est de la ciclo peu dosée

  3. Jai les yeux rouges tout le temps et au boulot certains pensent que je prend du cannabis alors que jen est jamais pris de ma vie et de meme qu’une simple cigarette, comment soigner ca

    1. Bonjour,
      J’ai eu le même problème. Mon supérieur a plusieurs fois sous-entendu que je me droguais, vu les rougeurs de mes yeux…
      Expliquez votre problème à vos collègues, très simplement. Cela désamorcera la situation. N’hésitez pas à montrer une ordonnance ou un collyre pour prouver vos dires.
      Lisez le blog, il y a suffisamment de matière pour vous aider 🙂

  4. Je vis exactement la même chose que toi enfin quelqu’un qui me comprend jai l’impression d’avoir écrit cette article tellement il semblable à l’enfer que je vis. Merci de me donner de tes nouvelles depuis la découverte de cette maladie.

  5. Voila depuis 3 ans moi aussi que je soufre d’une sécheresse oculaire… J’ai un traitement avec 3 types de goutte. J’ai dû arrêté mes études d’informatique. Aujourd’hui, je suis dans la merde pour être bref.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *